Hors collection

L'année des professions financières

Ecole française de la finance - Mythe ou réalité ?

Numérique 23,99 €
Papier 34 €

Cet ouvrage est vendu en partenariat avec Eyrolles et Numilog  | Commander plusieurs exemplaires ? Cliquez ici

« Si une crise, somme toute classique, du crédit immobilier aux États-Unis s’est transformée en une crise financière mondiale qui a failli devenir systémique, c’est qu’elle a trouvé ses origines non seulement dans certains dysfonctionnements au niveau microéconomique, mais aussi dans de sérieux déséquilibres macroéconomiques de l’industrie financière. Les erreurs d’appréciation et de gestion de trop nombreux établissements bancaires n’en sont pas moins critiquables. Quant aux fautes d’une extrême gravité commises par certains, elles ont été tout à fait condamnables. À cet égard, les films que les Américains ont consacrés à la crise auront été utiles dans la mesure où ils dénoncent ces errements avec force. Mais il ne serait ni fondé, ni équitable de considérer, comme quelques commentateurs sont tentés de le faire, que la finance n’est mue que par la recherche de gains immédiats et qu’elle est peuplée de professionnels qui ressembleraient peu ou prou aux personnages de ces films. […] Cet ouvrage n’est pour autant qu’une première approche de « l’École Française de la Finance » : tous les aspects de la finance française n’y ont pas été abordés et toutes les opinions ne se sont pas exprimées. Il ne propose pas non plus d’analyse comparative des conceptions et des pratiques des principaux pays proches du nôtre, notamment des pays de la zone euro. Il n’entend pas davantage dégager ou définir un « modèle » particulier d’exercice des activités financières. La démarche entreprise ici devra donc être poursuivie et cela dans deux directions au moins. Les réflexions engagées cette année devront être approfondies, notamment pour mieux cerner les spécificités au-delà des caractéristiques. Elles devront également être élargies à des pays voisins, afin d’essayer de dégager les traits d’une éventuelle École de la Finance de l’Europe continentale. C’est donc à un large débat qu’invite cette 10 édition de l’APF. J’espère qu’elle sera justement appréciée par tous ses lecteurs. » (extrait de l’avant-propos rédigé par M. Pébereau, président du CPF) Le monde de la finance n’obéirait-il qu’à un seul mobile qui, pour beaucoup, serait uniquement la recherche de gains immédiats par quelques-uns ? N’y aurait-il donc qu’une seule approche, qu’une seule culture, qu’une seule « École de la Finance », ou bien en existerait-il plusieurs ? Ne peut-on pas, en particulier, identifier, dans la finance française, des conceptions et des pratiques distinctives ? C’est à cette dernière question que cherche à répondre le 10e volume de L’Année des Professions Financières. Une trentaine de personnalités, d’expériences, de formations et d’âges les plus divers, ont accepté d’y exprimer leurs points de vue sur les approches françaises de la Finance. Cet ouvrage n’est pour autant qu’une première approche. Il ne traite pas de tous les aspects de la finance française ni ne reflète toutes les opinions ; il n’aborde guère non plus les similitudes et les différences que l’École Française présenterait avec d’autres écoles de la finance, notamment celles de nos principaux voisins. Voici autant de sujets qui nourriront les prochaines éditions de l’APF. Les articles réunis dans ce volume permettent d’ouvrir le débat.

Auteur(s)

Pierre-Henri Cassou

Président Observatoire des Fonds de Prêts à l’Economie (OFPE)

Denise Flouzat-Osmont d'Amily