Crise et mutations : petites leçons bancaires

Par temps de crise, la peur s'invite. Le risque devient grand de se laisser submerger par toute nouvelle vague dite «disruptive». Comment alors faire face aux mutations ? Il faut anticiper au mieux les évolutions pour conduire à temps les changements et les transformations. La fascination de la «disruption» n'est pas bonne conseillère en la matière. Il est tout au contraire nécessaire de bien démêler ce qu'il est utile de conserver dans le «vieux», afin de preserver l'essence même de son métier, de ce qu'il est indispensable de faire émerger dans le «neuf», pour accompagner et même tirer avantage des nouveaux usages et des nouvelles technologies. Ainsi, une conduite sereine du changement, appuyée sur une anticipation bien fondée, est-elle économiquement et socialement bien plus favorable qu'une gestion «sous le choc». Elle nécessite également de bien comprendre l'organisme vivant qu'est une entreprise et d'accepter les processus de tâtonnement. Comme de gérer la bonne combinaison du principe d'ordre nécessaire à son fonctionnement et du principe d'autonomie souhaitable de ses acteurs... Une bonne stratégie ne peut réussir qu' appuyée sur une « ingé­nierie du changement» adaptée. Comme souvent dans son histoire, la banque se trouve face à ces questions. L'enjeu, aujourd'hui, est d'y répondre de manière pertinente et efficace. Pour les banques et plus largement pour les entre­ prises de services et de distribution, il faut ainsi définir la bonne stratégie pour ne pas se laisser désintermédier: associer le meilleur de l'humain, via le conseil à forte valeur ajoutée et la proximité relationnelle, et le meilleur du digital, via l'intelli­ gence artificielle et la data. Cette nouvelle perspective, puisant dans le passé et se projetant dans le futur, ouvre sur une refonte du mode de régulation de l'économie où chaque entre­ prise désormais se doit également d' œuvrer à son échelle pour le bien commun en prenant en compte l'ensemble des parties prenantes.

Les marchés font-ils la loi ?

"Le mérite de cet ouvrage est de bien analyser ces enchaînements et leurs origines...Philippe Tibi et Pierre de Lauzun, en bons praticiens du marché qu’ils sont, font la lumière sur la plupart des questions que se pose l’opinion..." Michel Pébereau, Membre de l’Académie des sciences morales et politiques, Président d’honneur de BNP Paribas Chute des gouvernements grec, italien, perte de notre AAA, chaque jour apporte son lot de (mauvaises) nouvelles. L’édifice européen et les économies des grands États, dont chacun avait la conviction qu’ils pourraient résister à toute épreuve, semblent sur le point de s’effondrer. Avec un responsable tout désigné : les marchés financiers. • Comment en est-on arrivé là ? • Quelle est la responsabilité réelle des marchés ? • La dictature des marchés est-elle un fantasme ou une menace avérée ? Ces questions brûlantes interpellent nos démocraties et constituent l’un des enjeux majeurs de l’élection présidentielle. Pour y répondre Pascale-Marie Deschamps interroge sans concession Philippe Tibi et Pierre de Lauzun. Au cours de ces entretiens, le voile se lève : les marchés financiers sont expliqués, leur utilité évaluée et les responsabilités trouvent leur juste place. À rebours des idées dominantes, ce livre arrive à point nommé pour éclairer le débat. Il constitue un opus indispensable pour comprendre, agir et décider.

Pratique de l’asset management

L'asset management pour les professionnels Cet ouvrage présente de manière synthétique et efficace l'essentiel de l'asset management. A un moment où le contexte législatif du métier est en pleine évolution, il accompagne le professionnel dans sa pratique quotidienne : les fondamentaux du métier : construire et gérer les produits, gérer la relation client, interagir avec les différents métiers connexes, etc. ; une approche très opérationnelle : nombreux exemples, focus pratiques, conseils d'expert ; à jour des dernières réformes : entrée en vigueur d'UCIT IV, révision de la directive MIF, arrivée d'UCIT V et d'AIFM dans un horizon d'un à deux ans. Pratique de l'asset management permet aussi de situer la fonction dans le large champ de compétences et de métiers qui l'entourent : informaticiens, juristes, comptables, auditeurs, fiscalistes, régulateurs, etc. Il s'adresse d'abord aux professionnels de l'asset management, mais également aux étudiants en écoles de commerce, IEP, IUP Gestion de patrimoine, et plus largement aux étudiants en Ml et M2 de finance.

Banque : le grand saut ?

Au cours des cinq dernières années, deux crises se sont succédé : celle des subprimes (2007-2009) puis celle de l’eurozone (2009-2011). Georges Pauget nous montre que si elles ont emprunté des mécanismes communs, la crise de l’eurozone est non seulement la suite chronologique de celle des subprimes, elle en est aussi la suite logique. Une grille d’analyse originale permet au lecteur d’en repérer les principales phases. Aujourd’hui, l’incertitude demeure et il serait présomptueux de faire des prévisions tant le risque est grand qu’elles soient aussitôt démenties. L’auteur choisit donc une autre voie, plus rigoureuse, permettant d’explorer de façon systématique les différents scénarios possibles. Pour cela il retient trois variables déterminantes : le niveau de croissance économique ; le niveau de coordination des politiques budgétaires ; la maîtrise des déficits budgétaires et de la trajectoire de la dette publique. De celles-ci émergent les scénarios dont l’un n’est pas le plus improbable – l’éventuel éclatement de la zone euro – puisqu’il constitue une rupture et, pour les banques qui ne s’y prépareraient pas, un « Grand saut » dans l’inconnu. Mais pas de panique, ce livre ne crie pas une ultime fois au loup ! Bien au contraire, son mérite est de proposer des repères précis et une approche méthodique. Fort de ces points d’ancrage, il devient possible, autant que faire se peut, d’anticiper les situations à venir et d’adapter les modèles bancaires. Une démarche proactive et salutaire, la seule qui vaille.

Aller en haut